Des femmes et des poils – SujetQuiFâche n°1

Comme titre, j’avais plus sexy en stock, mais sexy n’est pas vraiment le premier mot qui nous vient à l’esprit quand on cause de pilosité féminine (à tort peut-être ?). Si vous saviez comme je suis en train de me botter le cul pour écrire cet article, c’est pas évident, et c’est un problème d’avoir du mal à aborder ce sujet en société.

Alors, par où commencer ? Je m’affiche ou pas ? Et pourquoi avoir honte de quelque chose de naturel (comme les seins d’ailleurs, pourquoi ce devoir de les planquer des fois, ça me dépasse) ?

Les poils, quand on naît fille, on te fourre vite dans le crâne qu’idéalement tu ferais bien de les éradiquer de plusieurs parties de ton corps. Dans le rôle principal du « on », sans surprise, nous retrouvons notre amie la société, au sommet de sa forme. J’étais pas branchée magasines quand j’étais gamine, alors la société se limitait aux gamins un peu con-con de mes tant chéries classes de collège (l’ironie se décolle de ton écran, là, maintenant, tout de suite), parfois les filles étaient aussi un peu con-con, surtout au vestiaire avant la natation (quel cauchemar ce microcosme d’humanité dégueulasse). Un jour, j’avais répondu à un questionnaire qu’on trouve parfois dans les carnets de filles, et à la question : « de quoi as-tu le plus honte ? » j’avais écrit en cachant avec ma main : « ma pilosité ». J’avais 12 ans, j’étais seule, dans ma chambre, personne ne me voyait, ne m’aurait lue et pourtant, j’arrivais à peine à assumer cette révolution corporelle, en dissimulant l’aveu derrière ma main. Si je n’avais pas eu piscine dès la classe de sixième, j’aurais pu vivre un poil plus longtemps – oui je l’ai faite – dans l’ignorance ce drôle d’adage sexiste : « les poils c’est mal (chez les filles) ». On était d’ailleurs allées se plaindre à une prof que les mecs se moquaient de nous parce qu’on avait des poils – et pendant ce temps-là ils étaient glabres comme des culs de bébé, voyez comme la nature est mal faite, mais le don du poil n’étant pas à l’ordre du jour, chacun fut mécontent de son sort. La seule fierté que j’ai pu tirer de cette invasion non consentie à l’époque, c’est d’avoir fait la connaissance du rasoir avant la plupart de mes congénères masculins (je suis pas là pour faire un cours d’épilation, mais si vous ne voulez pas avoir la sensualité de la barbe de trois jours de votre mec ou de vos amis, exit le rasoir, et ça évitera d’appeler le plombier pour cause de bouchons de poils).

Les diktats d’esthétismes de notre siècle sont contraignants. Il fut une époque où les poils et l’embonpoint étaient de bon goût. Maintenant on se les arrache et on se fait gerber. Non mais allô quoi, t’es pas une fille ?!

Billets de So Femmes Poils

 

Je me conforme tant bien que mal à cette ère de l’anti-poil, mais franchement, la flemmingite aiguë lorsqu’il s’agit de s’occuper de son armada de bonhommes noirs (cherchez pas, je suis d’humeur), je vous dis pas. Ils sont partout ces enfoirés. Y en a qui se la jouent cape d’invisibilité, mais t’inquiète, ils te lâcheront pas.
En ce qui me concerne (non pas de photos, vraiment c’est pas la peine, je suis méditerranéenne donc je prends cher), la campagne anti-poil se cale sur les saisons : chauffage intégré l’hiver et tous dehors en été. Si je suis en couple, on passe le cran supérieur de la chiantitude, quoi que le poil soit aussi un critère sélectif niveau mecs. C’est même plus l’épreuve du « j’te présente mes frères », c’est « j’te présente mes poils (et eux tu les retrouves aussi au lit) ».
Si jamais mon futur copain passe par ici, hein, on sait jamais

C’est chiant de pas être à l’aise avec ses poils, c’est pas que je sois dans l’exhibo mais on devrait arrêter de se prendre la tête « oh merde j’me suis pas rasée les aisselles », « mon maillot c’est un nid d’oiseaux » (et tant mieux car l’intégrale, à part les fana du porno et des cystites, c’est pas conseillé), les « excuse je suis pas épilée » alors qu’on est entre meufs bordel on censure pas la nature comme ça. Genre on s’excuse d’être humain quoi.

Aimez-vous comme vous êtes, alors aimez aussi vos poils (je ne prône pas le retour à la fourrure intégrale, hein, épilez-vous si ça vous chante). Ça c’est une putain de mission, je vais tester quand j’envierai pas les asiatiques et que je compterai pas mes points noirs éradiqués. Hashtag glamour.

Publicités

5 réflexions sur “Des femmes et des poils – SujetQuiFâche n°1

  1. Pingback: Comment gérer une relation ? (Humour es-tu là ?) | Billets de So

  2. Ahaha, j’ai bien ris avec les jeux de mots 😀 J’suis d’accord sur le problème qu’a la société à nous les casser avec nos poils, j’me souviens encore de certaines conversations avec des copines vers 12-13 ans sur le sujet tellement c’était un débat à se tirer les cheveux… L’anti-poil est partout, mais à côté les pubs et autres « gardez vos poils! » m’agace tout autant: je rêve d’un monde où personne en aura rien à cirer de ce que tu fais de ta forêt et que y aura pas besoin de pub pour se faire un avis (et du coup sur ce point là je suis contente de pas lire de magazines/pas regarder la t.v, j’évite déjà pas mal de bourrage de crâne du parti poils et no-poils) 🙂 Très chouette article en tout cas!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s